Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1 articles avec politique

Affaire du documentaire de France 24 sur l’homosexualité : Issa Tchiroma Bakary donne la position du gouvernement

Publié le par Lesbienne

L’homosexualité est réprimée par l’article 347 bis du code pénal camerounais et punie d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans et d’une amende de 20.000 Fcfa à 200.000 Fcfa a déclaré le ministre de la communication Issa Tchiroma Bakary lors d’une conférence de presse, donnée hier jeudi 23 janvier 2014 dans la salle des conférences de son département ministériel.

Tout serait parti du décès d’un certain homosexuel nommé Roger Jean-Claude Mbédé, le 10 janvier dernier. La chaine française France 24 saisira cette odieuse pratique au bon et se fera l’outrecuidance de monter à leur guise de diffuser un documentaire taillé à sa mesure dans lequel, l’Etat camerounais est présenté comme une pire dictature dans laquelle aucun droit de l’homme ne serait respecté. Pour la chaîne France 24, cet état de chose est une preuve de harcèlement, voire des meurtres des homosexuels au Cameroun. Faux ! a-t-il martelé. La preuve en est, « De nombreux homosexuels notoirement connus, vivent et circulent en toute liberté au Cameroun sans qu’ils ne soient systématiquement poursuivis devant les cours de tribunaux de la République » continuera-t-il.

Pourquoi donc l’acharnement tant décrié ?

Les lobbies homosexuels étalés à travers le monde veulent imposer au Cameroun cet acte odieux que même l’Organisation Mondiale de la Santé jusqu’en 1990 classait dans le registre des maladies mentales. Alors d’où vient-il donc aujourd’hui que le Cameroun soit la cible de cette chose-là ? Des cercles exotériques tapis dans l’ombre pensent faire du Cameroun la cible de cet acte d’anthropophagie teinté d’un impérialisme spirituel. L’Africain encore moins le camerounais normal ne saurait recevoir cet acte ignoble comme une valeur humaine. L’on comprend sans ambages que cet acharnement découlerait d’une intention visiblement dévoilé de voir le Cameroun à feu et à sang comme d’autres pays. Même les statistiques sur le plan mondial montre à suffisance que l’homosexualité reste encore une pratique non accepté. Soit 78 pays dans le monde rejettent à bloc cette chose-là. 10 d’entre eux soumettent tout contrevenant à la peine capitale. Même les Etats Unis ne reconnaissent cette chose-là qu’à 17 Etats sur 50 ! Non ! France 24, Rfi et autres, le Cameroun reste et demeure un pays intègre où la cellule familiale reste sacrée et où seul le mot « couple » trouve toute sa signification. La préoccupation qui taraude tout de suite l’esprit des camerounais est d’imposer aussi aux français la polygamie propre à nos us et coutumes. Nous ne voulons pas de cette pratique machiavéliquement anthropophage, faisant souffrir à bloc les popotins des Africains. Le Cameroun reste ferme et n’entend pas céder à ce chantage que veulent nous administrer les lobbies sataniques occidentaux. Les enfants qu’ils comptent même adopter proviendront de quel géniteur tant il est vrai que l’homosexualité ne favorise pas une quelconque fécondation. En tout cas si cette pratique tend à perpétrer la race. On dit chez nous que vous avez tapé à côté. Le Camerounais provient d’un accouplement bien asséné d’un couple homme-femme si cela vaut la peine d’être rappelé, qui procréé en toute aisance et gaité tel que prescrit par la volonté divine. Allez trouver vos adeptes ailleurs. Le Cameroun est un Etat souverain et partant en a mieux à faire. Donc ne nous distrayez pas avec des sujets aussi insignifiants et non avenants. Ceux qui par pure satanisme, auraient fait de cette pratique un fonds de commerce doivent dès lors, comprendre que le Cameroun leur est une destination périlleuse.

Issa Tchiroma

Issa Tchiroma

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0