Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

OSONS EN PARLER

Publié le par Lesbiennes Cameroun

Bonsoir les filles!

Suite aux préparatifs de la fête des femmes en Mars( pas forcement le 08 mars) nous avons entre autre comme projet:
- une rencontre sportive (handball)
- un mini débat sur un thème qui vous sera communiqué ultérieurement
- Une soirée
Pour cette raison nous vous invitons massivement à prendre parts aux réunions qui se tiennent tous les weekend au siege pour en parler. L'avis de chacune est la bienvenue notons que le panel sera constitué d'homophobes majoritairement cela dit vous devez assistez pour dire ce que vous pensez. Pour l'occasion nous avons également pensé à inviter toutes celles qui nous soutiennent via skype ou elles serons connecté en direct et pourrons contribuer via la vidéo conférence qui sera projeté pour tous.
Nous avons donc 40 jours pour mettre tout à jour allant des invitations à l'organisation. Cette année nous vous laissons donc le soin de vous impliquer grandement dans cette évènement.
Pour tout information veuillez nous contacter inbox svp que tout soit fixé dans les délais.
Nous comptons sur l'apport de tout le monde svp allant des sportives aux cuisinières aidez nous à réussir notre journée.
NB: Dans le soucis de prendre en compte la sécurité de tout le monde, le nombre de place sera limité. Merci de votre bonne compréhension.

Publié dans EVENEMENT

Partager cet article

Repost 0

Joyeuse Anniversaire Me Alice Nkom

Publié le par Lesbiennes Cameroun

Joyeuse Anniversaire Me Alice Nkom

LE 14 janvier 1945, rappelle de nombreux évènements historiques à l'instar de des Soviétiques qui libèrent Lucenec dans l’est, en Grèce un cessez-le-feu est conclu entre le gouvernement britannique et les communistes de l’organisation ELAS. Les communistes sont d’accord pour libérer tous les otages à l’exception de ceux accusés de collaboration.
par contre nous commémorons la naissance dans la région littoral du Cameroun d'une fille au parcours exceptionnel. Cette enfant aura une enfance normale mais ne tardera pas a affirmer très tôt ses positions irréfutables. C'est ainsi qu'elle sera première femme avocate au barreau de Douala en 1969! Son gout démesuré pour la justice et l'égalité la conduira en 2012 à être sacrée « Africaine de l'année » par le New Yorker. En 2013, elle obtient le premier acquittement de deux jeunes homosexuels dans un pays où la pénalisation de l'homosexualité existe depuis 1972, la même année elle est Lauréat du Prix Amnesty des droits de l’homme.
Comment passeras t-elle inaperçue? affectueusement appelée MOM par la communauté et nombreux proches, nous saisissons cette occasion MOM chérie pour te dire JOYEUSE ANNIVERSAIRE mais surtout merci pour tout ce dont tu fait pour nous. Que le tout puissant te protège, veille sur toi afin que tu puisse nous mettre a jour dans ce système infernal dont toi seul par ta franchise à le secret de destruction. L’avocate s’est vu décerner par Amnesty International, en Allemagne, le Prix des droits de l’homme 2014 pour son engagement, « Alice Nkom est une femme courageuse qui se mobilise pour les droits de l’homme. Elle est un modèle pour les activistes de toute l’Afrique », a souligné Selmin Çalışkan, la Secrétaire générale de l’organisation en Allemagne.

Partager cet article

Repost 0

Quand le talent explose au grand jour

Publié le par Lesbiennes Cameroun

Gaelle & Gabrielle
Gaelle & Gabrielle

1- Gaëlle Déborah Enganamouit vient de rentrer définitivement dans l’histoire du football. La jeune dame de 23 ans a été élue, presque sans surprise, footballeuse africaine de l’année 2015. Une grande première pour une Camerounaise, la consécration pour la native du quartier Elig-Edzoa à Yaoundé.

Le sacre d’Enganamouit fait l’unanimité, tant la joueuse a illuminé la planète football de son talent au cours des 12 derniers mois. Un peu nonchalante à la démarche, l’athlète n’éprouve aucune difficulté à déployer son 1m71, pour faire mal aux défenses adverses sur un terrain. Elle est l’une des principales artisanes de la brillante prestation des Lionnes Indomptables lors de la coupe du monde au Canada en Juin.

Son sens du dribble, l’intelligence du jeu, sa puissance et sa rapidité ont aidé le Cameroun à se hisser en 8è de finales du mondial, pour la toute première participation en phase finale. Celle qui se fait appeler « Samuel Eto’o au féminin » a marqué les esprits grâce à son triplé lors du match contre l’équateur, remporté par le Cameroun (6-0). Un exploit réalisé le 9 juin 2015, le jour de son anniversaire. « Cette date m’a toujours portée bonheur », disait-elle alors après la rencontre.

Son talent a quelque fois été préjudiciable aux Lionnes Indomptables. Performante en club, Gaëlle Enganamouit s’est très souvent vu refuser la libération pour venir en équipe nationale. L’ancienne joueuse de Loréma de Yaoundé a de ce fait, manqué les éliminatoires pour les Jeux olympiques et la phase finale des Jeux africains. Si pour la deuxième compétition le Cameroun a atteint la finale, les Lionnes ont en revanche été éliminées des prochains JO.

Presque normal, pourrait-on dire, pour son club employeur, Eskilstuna United DFF, de refuser de la libérer. En championnat suédois, la Camerounaise a inscrit l’impressionnante moyenne de 18 buts en 22 matchs de championnat. Ce qui lui a valu le titre de « soulier d’or » de ce championnat, parmi les plus compétitifs au monde.

Pour la saison 2016, la joueuse qui a signé avec la marque allemande Puma, va affronter un nouveau défi. Jouer la champion’s league avec Malmö Fc, la meilleure équipe du championnat suédois, avec laquelle elle s’est engagée en fin de saison pour 2 ans.

Enganamouit est la cadette d’une famille de 9 enfants. Après ses débuts dans le TKC de Yaoundé alors qu’elle avait à peine 11 ans, elle s’engage avec Loréma. De 2011 à 2013 elle évolue avec le club serbe de Spartak Subotica. L’année d’après, elle signe à Eskilstuna United Dff, formation avec laquelle la footballeuse a montré la pleine mesure de son talent.

Aucun doute qu’elle va continuer à briller comme elle l’a fait partout où elle est passée depuis 2004 lorsqu’elle commençait sa carrière

Le sacre d’Enganamouit fait l’unanimité, tant la joueuse a illuminé la planète football de son talent au cours des 12 derniers mois. Un peu nonchalante à la démarche, l’athlète n’éprouve aucune difficulté à déployer son 1m71, pour faire mal aux défenses adverses sur un terrain. Elle est l’une des principales artisanes de la brillante prestation des Lionnes Indomptables lors de la coupe du monde au Canada en Juin.

Son sens du dribble, l’intelligence du jeu, sa puissance et sa rapidité ont aidé le Cameroun à se hisser en 8è de finales du mondial, pour la toute première participation en phase finale. Celle qui se fait appeler « Samuel Eto’o au féminin » a marqué les esprits grâce à son triplé lors du match contre l’Equateur, remporté par le Cameroun (6-0). Un exploit réalisé le 9 juin 2015, le jour de son anniversaire. « Cette date m’a toujours portée bonheur », disait-elle alors après la rencontre.

Son talent a quelque fois été préjudiciable aux Lionnes Indomptables. Performante en club, Gaëlle Enganamouit s’est très souvent vu refuser la libération pour venir en équipe nationale. L’ancienne joueuse de Loréma de Yaoundé a de ce fait, manqué les éliminatoires pour les Jeux olympiques et la phase finale des Jeux africains. Si pour la deuxième compétition le Cameroun a atteint la finale, les Lionnes ont en revanche été éliminées des prochains JO.

Presque normal, pourrait-on dire, pour son club employeur, Eskilstuna United DFF, de refuser de la libérer. En championnat suédois, la Camerounaise a inscrit l’impressionnante moyenne de 18 buts en 22 matchs de championnat. Ce qui lui a valu le titre de « soulier d’or » de ce championnat, parmi les plus compétitifs au monde.

Pour la saison 2016, la joueuse qui a signé avec la marque allemande Puma, va affronter un nouveau défi. Jouer la champion’s league avec Malmö Fc, la meilleure équipe du championnat suédois, avec laquelle elle s’est engagée en fin de saison pour 2 ans.

Enganamouit est la cadette d’une famille de 9 enfants. Après ses débuts dans le TKC de Yaoundé alors qu’elle avait à peine 11 ans, elle s’engage avec Loréma. De 2011 à 2013 elle évolue avec le club serbe de Spartak Subotica. L’année d’après, elle signe à Eskilstuna United Dff, formation avec laquelle la footballeuse a montré la pleine mesure de son talent.

Aucun doute qu’elle va continuer à briller comme elle l’a fait partout où elle est passée depuis 2004 lorsqu’elle commençait sa carrière.

2- Gabrielle Aboudi Onguéné est née le 25 février 1989 à Douala, ville portuaire et capitale économique du Cameroun.

Elle fait ses débuts au Gondicam, club de Yabassi à Douala1. Repérée lors d'un match avec son club par des dirigeants du Canon de Yaoundé filles, elle intègre ce dernier en 2005.

Elle intègre le club des Louves Minproff de Yaoundé en 20063. Au sein du club de la capitale camerounaise, elle remporte le championnat de football féminin en 2009, 2010 et 2011, ainsi que deux Coupes du Cameroun en 2010 et 2011.

En octobre 2014, elle cumule 23 sélections et 9 buts en équipe nationale du Cameroun.

Publié dans Sport Au féminin

Partager cet article

Repost 0

Les religieux se mèlent à l'homopgobie au Cameroun. Quel gachis!!!

Publié le par Lesbiennes Cameroun

« une tolérance zéro » contre l’homosexualité
« une tolérance zéro » contre l’homosexualité

Bonjour les filles

Les évêques du Cameroun prescrivent la « zéro tolérance » contre l’homosexualité

par: APA publié le : 12/01/2016 à 14:43 UTC 92 vues dans : Afrique

Dans un pays ou la religion catholique est prédominante, voici ce qui ressort du conclave de nos chers dirigeants sensés prôner l'amour, la paix et la tolérance. De qui se moque t-on à la fin? Pas des homosexuels en tout cas, vu que nous sommes tous conscients des efforts fournis par ces derniers pour la bonne marche de nos églises et ceci apprécié par nos bourreaux!
  1. Les évêques du Cameroun actuellement réunis à Batouri dans la région de l’Est dans le cadre de leur séminaire annuel, ont réaffirmé leur position et celle de l’Eglise -catholique appelant à « une tolérance zéro » contre l’homosexualité.
  2. Dans une position unanime et « sans équivoque », les prélats réunis au sein de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (CENC) appellent les « fidèles catholiques et tous les hommes épris de bonne moralité, à barrer la voie à l’homosexualité ».
  3. Et pour cause, « cette chose abominable et contre-nature » constitue une menace pour l’éclosion sociale, pourtant « il ne faut pas admettre la destruction de la cellule familiale qui est le socle de la société ».
  4. Pour le président de la CENC et archevêque métropolitain de Douala Mgr Samuel Kleda, « le mariage repose sur l’union légale entre un homme et une femme ».
  5. Aussi, les évêques ont-ils réitéré, leur position au sujet « du respect de la famille dans ses fondements ».
  6. Dans cette perspective, ils ont rappelé qu’au Cameroun, en plus de la morale qui condamne l’homosexualité, l’union des êtres humains de même sexe est interdite et réprimée par la loi, en l’occurrence, le code pénal qui prévoit des peines d’emprisonnement fermes pour des personnes reconnues coupables d’homosexualité.

Partager cet article

Repost 0